Les innovations pour la greffe

 

         Depuis quelques années, les chercheurs ne cessent d'essayer de trouver des innovations pour les greffes avec des traitements, des coeurs artificiels et des organes à partir de cellules souches.

 

  • A l'aide d'un traitement immunosuppresseur très important, il est aujourd'hui possible de réaliser des greffes sans compatibilité ABO, même si cette procédure reste expérimentale. Le facteur Rhésus + ou - n’a plus d'importance pour la transplantation d’organes.



  • En raison du manque de greffons de cœur, il fallait trouver une solution pour assister un cœur malade mécaniquement ou le remplacer complètement par un cœur artificiel. C’est pourquoi des scientifiques ont mis au point un cœur artificiel, le premier a été posé en 1969 par le docteur Denton Cooley, au Texas Heart Institut de Houston, le patient n'a survécu que trois jours. Depuis, les techniques ont évolué, permettant une durée de vie plus longue. De nos jours, le cœur artificiel peut sauver une vie.

 

 

Deux techniques différentes de cœur artificiel existe : le cœur artificiel total et d'assistance :

- Le premier est réservé aux malades les plus graves qui ont besoin dans l’urgence d’une intervention vitale. Lors de cette opération, le chirurgien laisse les oreillettes en place et il connecte les ventricules automatiques entre les oreillettes et les vaisseaux. En France, très peu d’hôpitaux pratiquent ce genre d’intervention.



- La deuxième technique est l'assistance, elle est utilisée pour les malades moins grâves. Elle consiste à brancher une pompe en parallèle à la circulation sanguine. Le cœur est laissé en place et un tuyau relie le ventricule gauche à la pompe. Pour bénéficier d'une assistance, la partie droite du cœur doit continuer à fonctionner normalement.



  • Des laboratoires américains font pousser des organes partir dans de cellules mères (exemple : doigt, muscle, tissus humains…). Les scientifiques fabriquent des organes à partir d’une poignée de cellules souches qu’ils multiplient à l’infini, ils recréent naturellement du tissu humain. Injectées dans des moules biodégradables, ces cultures sont ensuite laissées en gestation dans des caissons à température humaine, c’est-à-dire 37°C. Après 8 semaines, l’organe est prêt à fonctionner. Au total, ils ont réussi à recréer 22 organes humains ainsi que de l’épiderme humain (avec une imprimante à peau). Cette technique évite les rejets de greffe et surtout, il n’y a plus besoin de donneur compatible, mais elle reste encore expérimentale. D’ici quelques années, on saura recréer tous les organes du corps humain.

     

    Cellules souches humaines

     

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site